Les frégates
La Bretagne
Le Centaure
Le Protecteur
Navires marchands
Les frégates
les petits navires
Les chébecs
Liens et adresses

Les frégates

Dérivées des barques longues du XVIIème siècle et des petits navires à deux batteries en vogue à cette époque, les frégates sont progressivement devenues des navires légers ne comportant qu'une batterie de canons de faible calibre (du 6 ou 8 livres) en partie couverte. Navires rapides, leurs qualités leur ont permis d'occuper de multiples fonctions : escorte de convois, éclairage des escadres et transmission des signaux en arrière de la ligne de bataille, remorquage des vaisseaux desemparés au cours des combats,lutte contre les corsaires ennemis, transmission des courriers et messages ...
Jugées trop légères a partir de 1760, ces petites unitées furent remplacées par les corvettes, trois mâts avec une seule batterie non couverte.

La "Renommée" entra en service en 1745. Elle eu une carrière courte mais glorieuse, participant à de nombreux combats et s'emparra à l'abordage d'un important navire Anglais de la compagnie des Indes (juin 1745). Elle fut prise par le vaisseau Anglais "Dover" après un combat de deux jours contre plusieurs bâtiments.

Les nouvelles frégates construites à partir de 1765 sont armées de canons de 12 livres en batterie et de quelques canons de 6 sur le pont.
C'est le cas de la "Dédaigneuse" construite à Bordeaux en 1766, soeur de la célèbre "Belle Poule". Plus de cent navires de ce type seront réalisés sur les ports des côtes de France jusqu'en 1798.

La "Dédaigneuse" participa à la guerre d'Indépendance des Etats Unis ou elle captura la frégate anglaise HMS "Active".

A partir de 1782, devant l'augmentation de la puissance des vaisseaux, il a été décidé de construire de grosses frégates armées de pièces de 18 livres en batterie et de 8 sur le pont, en tout 44 canons capables de lutter contre les vaisseaux et de constituer des divisions légères redoutables. Près de 120 frégates de 18 furent construites de la fin du règne de Louis XVI, la Révolution et l'Empire. Au XIXème siècle leur armement sera renforcé une fois de plus et modernisé.

La "Renommée" a été exécutée d'après la monographie de Monsieur Boudriot sur les frégates de "8" (Editions ANCRE), la Dédaigneuse à partir de la monographie de la "Belle poule" (Boudriot-Berti même Edition)et d'après des photos de la maquette exposée au Musée de la Marine de Rochefort.

Arrière de la Frégate la Renommée

La "Renommée"

La "Dédaigneuse" frégate de 12

La "Dédaigneuse" 1766 Bordeaux

Yvon Gauchet
23/02/08