Navires marchands
La Bretagne
Le Centaure
Le Protecteur
Navires marchands
Les frégates
les petits navires
Les chébecs
Liens et adresses
Navire marchand "Le Mercure"
Les navires marchands du XVIIIème siècle étaient de toutes tailles, les plus grands étant construits et armés par la Compagnie des Indes basée à Lorient. Leur port pouvait atteindre 1200 tonneaux, soit l'équivalent d'un vaisseau de 64 canons.
Le "Mercure", plus modeste, jauge 400 tx et a été construit au milieu du XVIIIème siècle. Comme tous les navires marchands, il avait une coque permettant un port maximun pour une stabilité optimale tout en garantissant une vitesse correcte. Ces navires étaient peu armés surtout en période de paix, ne comportant que quelques canons pour repousser les éventuels petits corsaires.

Navire marchand le "Mercure"
.Ces navires restaient vulnérables en temps de guerre et circulaient la plus part du temps en convois, protégés par des frégates ou petits vaisseaux suivant le nombre de bateaux.

Brick-senault négrier
La "Marie Séraphique" fut un des nombreux navires négriers armés à Nantes pour le commerce "triangulaire". C'était un petit navire comparé aux grands trois mâts qui pouvaient transporter 600 esclaves, mais elle embarquait cependant plus de 300 Africains troqués auprès des rois locaux sur les côtes du Golfe de Guinée. Avant cet embarquement une palissade destinée à la protection du gaillard d'arrière en cas de révolte était montée et permettait à la trentaine d'hommes d'équipage de se protéger.

Pistolets et fusils tromblonnés étaient des armes présentes sur ces navires.


Cotre"Le Cerf"
Le cotre le "Cerf" fit partie d'une série de sept navires de cetype construit à Dunkerque et à St Malo . Ces grands cotres de 200 à 300 tonneaux armés de 16 canons de 6 et de deux pièces de 8 livres à l'avant, portant un équipage de 140 hommes, étaient destinés à jouer le rôle des corvettes et des petites frégates. Une trentaine de ces bâtiments furent commandés par la Marine Royale, mais ont été surtout très employés sous la Révolution et l'Empire, notamment pour les armements corsaires.
Yvon Gauchet
23/02/08